Bien choisir son stand up paddle gonflable

Bien choisir son stand up paddle gonflable

COMMENT BIEN CHOISIR SON STAND UP PADDLE GONFLABLE (iSUP) ?

Vous avez décidé d’acheter un Stand up Paddle (SUP) ? Alors ce « guide et conseil » Orangemarine va vous aider à faire le bon choix.

Le bon Stand Up Paddle est avant tout celui qui correspond à votre programme de glisse.

Quelle planche pour quel usage ?

Sur le marché vous retrouverez plusieurs types et formes de Stand Up , qui dépendent de l’usage que vous allez en avoir.

Les SUP de vague : Destinés au surf, ces SUP sont de petites tailles et souvent « affinés » sur l’arrière pour une meilleur maniabilité.

Ceux  de « petite randonnée » : Souvent utilisées pour les petites balades en eaux calmes, ces planches sont souvent supérieures à 10’ et suffisamment stables. On peut y retrouver également des filets, portes bidon ou autres accessoires facilitant l’emport de matériel à la journée.

Les SUP de course ou SUP «Race » : Ces planches sont destinées à la vitesse et à la grande distance. Souvent de 12’ minimum, elles sont étroites et possèdent souvent une étrave très rigide pour une meilleure glisse. Ces planches sont destinées à les niveaux intermédiaires à experts.

Dans l’apprentissage du Stand Up Paddle, il est fortement conseillé de commencer sur des plans d’eau calmes et abrités du vent. Pagayer le « vent dans le nez » est vraiment difficile en Stand Up Paddle. Au-delà de 15 nœuds de vent, nous vous déconseillons de sortir si vous débutez ou n’êtes pas à l’aise.

Une fois que vous aurez bien ciblé votre usage, il faudra rentrer dans les critères de choix d’une planche de Stand Up paddle.

Il existe 4 critères de choix important dans la sélection d’une planche de Stand Up Paddle :

 Sa longueur :

C’est est un paramètre très important car il influe directement sur la maniabilité de votre planche. Plus la planche sera courte et plus elle sera simple d’usage, maniable et réactive aux moindres coups de pagaies. A contrario, plus la planche sera longue et plus elle sera rapide, confortable mais difficile à faire tourner.

Sa largeur :

Sur le marché du Stand up Paddle, la largeur de planche la plus commune est 30’’ soit 76cm. On retrouve cette largeur chez la plupart des marques. Il existe des largeurs supérieures rendant la planche plus stable pour des gabarits supérieurs à 100kg. A noter que plus la planche sera étroite et plus la pénétration dans l’eau sera performante.

L’épaisseur :

Celle d’une planche de Stand Up Paddle est la donnée importante aussi bien sur du gonflable que sur du rigide. On retrouve aujourd’hui sur le marché, 3 épaisseurs de SUP gonflables : 10cm, 12cm et 15cm.

Les planches de 10cm sont destinées aux niveaux débutants à intermédiaires pour des gabarits inférieurs à 85 kg.

Pour des gabarits supérieurs à 100 kg, une épaisseur de 15cm est fortement conseillée.

La Dureté :

Cette variable n’est intéressante que sur du Stand Up Paddle gonflable. La dureté d’une planche est liée à plusieurs paramètres : Forme de la planche, qualité du tissu, construction, nombres de couches et densité des filaments du Drop-stitch.

La dureté étant liée à plusieurs paramètres, il est difficile de la qualifier. Les marques et les fabricants ne donnent pas suffisamment d‘informations pour qualifier cette dernière.

Ce qui est important à retenir c’est que plus la planche sera « dure », plus elle sera stable et performante.

On ne peut pas aborder la dureté d’un Stand Up Paddle sans aborder les méthodes de construction d’un SUP.

Sur internet, dans les magazines, vous trouverez beaucoup d’informations sur la construction des SUP gonflables. La notion la plus importante est la différence entre une construction simple peau et double peau.

Tous les Stand Up paddle du marché sont fabriqués à partir de feuilles de PVC collées entre elles manuellement. Il n’existe aucun procédé automatisé pour la fabrication des SUP gonflables.

De manière schématique, un iSUP (Stand Up Paddle gonflable) est composé d’une couche de PVC externe, d’un renfort et d’une couche interne. Ces 3 couches sont comprises dans une seule et même feuille contrecollée. Par abus de langage on parle d’une simple peau car on considère la feuille de PVC comme unique, malgré qu’elle soit finalement l’assemblage de 3 couches.

Certaines marques haut de gamme ont décidé de rajouter une 4ème couche de PVC en renfort pour améliorer la dureté et la résistance globale du Stand up paddle.  On parle alors de double peau.

Aujourd’hui, la grande majorité des planches vendues sont des « simples peaux » car elles sont adaptées à un usage occasionnel du Stand Up Paddle.

Si vous orientez votre choix vers des planches de vague ou de race haut de gamme, vous trouverez des produits doubles peaux chez plusieurs marques référentes.

Pour finir sur le procédé de production des Stand up Paddle, nous ne pouvons pas ne pas aborder le terme : « Drop stitch ».

Le « Drop stitch » est le nom technique Anglais qui qualifie les filaments composant le matelas du SUP.

Ces filaments sont responsables de la dureté de la planche lorsque vous la gonflez. Plus il y aura de filament au cm² et plus la planche sera rigide. Malheureusement pour nous les usagers, les marques ne communiquent pas les densités de filaments !

A noter que moins il y aura de filaments et plus la planche sera compacte une fois dégonflée.

Tout est une question de compromis !

Et comme une bonne planche de Stand Up Paddle n’avancera jamais toute seule ! Il vous faudra aussi une pagaie adaptée à votre usage.

Quelle pagaie pour quel usage ?

Le premier élément dans le choix de votre pagaie sera sa taille.

COMMENT CHOISIR LA BONNE TAILLE?

Mettez-vous debout, levez un bras. Mesurer la distance entre vos pieds, posés à plat, et votre poigné. Cette distance représente la bonne longueur pour votre pagaie.

On retrouve sur le marché, 3 typologies de pagaies et plusieurs matières.

Les pagaies entières : Souvent en fibres (verre, carbone, kevlar ou mix), la pagaie entière est plutôt destinée aux personnes pratiquant régulièrement le Stand up Paddle. Ces pagaies sont encombrantes mais sont très performantes. Cette performante est variable en fonction de la forme, taille et matières (pâle et manche).

Les pagaies en plusieurs parties : Souvent vendues dans les packs SUP, ces pagaies sont très pratiques car elles se décomposent en deux ou trois parties. Peu encombrantes, elles sont cependant moins performantes à cause de la faible rigidité du manche et de l’élasticité de la pâle. Ces pagaies sont souvent fabriquées avec un manche en aluminium et des pâles en matière plastique.

Les pagaies à manche réglable : Ces pagaies sont en une ou parfois en deux parties et sont réglables au manche.  En une seule partie, ces pagaies représentent le bon compromis entre performance et encombrement. On retrouve ces pagaies dans plusieurs matières ce qui engendrera des prix différents sur le marché.

Les Petits PLUS d’ORANGEMARINE : Les meilleurs Spots pour découvrir le Stand Up Paddle en France !

Sur un Lac

Les coups de cœur : Le  lac D’Annecy, le lac de Serre-Ponçon, Lac des Grangettes, Lac de Gérardmer, lac d’Aiguebelette, lac du Bourget, Lac Pavin, lac de Ste Croix…

En Mer :

Méditerranée : les calanques de Marseille, Îles Lavezzi, les îles sanguinaires,  presqu’île de Gien, Cassis, Île de Porquerolles, Île de Port-Cros, Île du Levant, Île des Embiez, Îles du Frioul…

Bretagne : Ploumanach’, La pointe du raz, Pointe de la Torche, Cap Fréhel, Plougrescant, Parc d’Iroise, Erquy, Saint Malo, Mont Saint Michel (Normandie ou Bretagne ?), Île de Groix, archipel des Glénans, Belle-Ile-En-Mer, Île de Bréhat …

Sur la côte Atlantique : Biarritz, Hendaye, Bassin d’Arcachon, Pornic, Île de Ré, Île d’Oléron, Île d’Ouessant, Île de Batz, Île de Noirmoutier, Baie de Saint Jean de luz

 

Donner votre avis

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Laisser un commentaire

Fermer le menu