Comment bien amarrer son bateau ?

Comment bien amarrer son bateau ?

Comment bien amarrer son bateau ?

Amarrer son bateau est une étape délicate et qui est indispensable. Un bon amarrage répond à des critères spécifiques : sécurité, longévité et praticité.

Ce guide va vous présenter différents conseils et aborder différents points pour vous permettre d’amarrer votre bateau aisément.

Les pare-battages :

Les pare-battages permettent d’amortir et de protéger votre bateau lors de l’accostage ou à quai. Quelle que soit sa taille, le nombre minimum de pare-battages à avoir pour un bateau est de 6. Ils doivent être disposé tous les 2,5 mètres.
La hauteur de votre pare-battage doit être égale au 2/3 de la hauteur du franc-bord, c’est à dire la distance verticale entre la ligne de flottaison et le pont.
Il faut également noter que suivant le type d’amarrage, il y a la possibilité d’ajouter une défense de poupe ou une défense de proue afin d’absorber les chocs lors de l’amarrage. A savoir qu’un bateau qui est bien protégé est un gage de bon voisinage !

Longueur de cordage :

Pour amarrer correctement son bateau, il est obligatoire de disposer de 2 amarres. Ces dernières doivent mesurer au minimum 4 mètres. Le jeu restant servira a régler la distance entre le bateau et le quai. Vous pouvez également posséder 2 amarres supplémentaires qui vont venir équilibrer votre bateau lors de l’amarrage.
La distance avec le quai devra être comprise entre 1,50 mètres et 2 mètres afin d’éviter les chocs avec le quai. Enfin, lorsque vous êtes à bord, une distance d’1 mètre avec le quai est suffisante afin de faciliter la descente.
Enfin, le diamètre de vos amarres doit être adapté à la taille de votre bateau, comme le présente le tableau ci-dessous :

Taille du bateau Diamètre
Inférieur à 6,00 m 8-10 mm
Entre 6,00 m et 7,50 m 10-12 mm
Entre 7,50 m et 10,50 m 12-14 mm
Entre 10,50 m et 12,00 m 14-16 mm
Entre 12,00 m et 13,50 m 16-20 mm
Supérieur à 13,50 m 20-22 mm

Amarrage “cul à quai” :

La règle veut qu’avec la présence d’une pendille on s’amarre « cul à quai ». Il faut alors passer un bout de la pendille dans un maillon de la chaîne pour l’amarrer sur un taquet, à l’avant du bateau. La tension de la pendille doit alors être ajustée de façon à ce que l’on ne tape pas le quai suivant les mouvements du bateau, mais il faut également être assez proche du quai pour pouvoir descendre. L’arrière du bateau est quant à lui retenu par des aussières capelées sur des taquets.

 Amarrage par l’avant :

Pour amarrer par l’avant du bateau il faut procéder de la même façon. Passez un bout de la pendille dans un maillon de la chaine et l’amarrer sur un taquet du bateau, ici l’arrière. Vous pouvez alors amarrer la pendille sur un autre taquet arrière afin de centrer le bateau.

 Amarrage “bord à quai” :

Les gardes montantes avant et arrières se croisent afin d’être fixées sur le quai afin d’empêcher respectivement le bateau d’avancer mais aussi de culer.
Les pointes avant et arrière sont également rattachées au quai sans se croiser afin de régler la distance du bateau avec le quai.
Enfin, on viendra passer un bout des pendilles latérales sur les taquets à l’arrière et à l’avant du bateau afin de le stabiliser.

Les nœuds d’amarrage :

Le nœud de taquet : il permet de fixer une corde sur un taquet tout en permettant de le défaire facilement. Il se compose par un tour mort autour du taquet puis continue avec un huit et se termine par une demi-clé inversée.

Le nœud de cabestan : appelé aussi deux demi-clefs à capeler puisqu’il se compose de deux demi-clefs, une dans un sens et la seconde dans le sens inverse autour de l’objet auquel on s’amarre. Il est possible de renforcer ce nœud en ajoutant un tour mort entre les deux demi-clefs.

 

 

 

  • Les amortisseurs de mouillage en caoutchouc ou les ressorts en acier vont permettre de limiter les à-coups causés par la houle et l’usure des cordages;
  • Ces amortisseurs de mouillage peuvent être sécurisé par l’ajout d’une chaîne afin d’assurer une liaison en cas de rupture de l’amortisseur de mouillage;

 

 

 

 

  • Pensez à protéger vos aussières avec des sur-gainages en textile ou en cuir pour éviter leur abrasion et ainsi rallonger leur durée de vie;
  • Enfin, nous vous recommandons d’assurer le serrage de vos manilles par l’ajout d’un fil de fer.

 

Maintenant vous disposez de toutes les informations pour réussir votre amarrage.
Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter notre guide : Bien choisir ses amarres

 

 

 

 

 

Donner votre avis

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Laisser un commentaire

Fermer le menu